Blog Manger Santé

La qualité de l’eau : les infos pour choisir

eau

Notre corps est composé d’environ 50 à 75 % d’eau en fonction de l’âge. Une bonne hydratation est indispensable à la santé globale de tous nos organes, et en particulier pour garder une belle peau, une bonne santé mentale, des tissus et des muscles souples, une bonne digestion, mais aussi des reins, une vessie et un périnée qui fonctionnent bien. C’est dire l’importance du sujet que nous allons aborder aujourd’hui : LA QUALITÉ DE L’EAU.

Notre corps est composé d’environ 50 à 75 % d’eau en fonction de l’âge. Une bonne hydratation est indispensable à la santé globale de tous nos organes. Elle jour un rôle particulier pour garder une belle peau, une bonne santé mentale, des tissus et des muscles souples, une bonne digestion, mais aussi des reins, une vessie et un périnée qui fonctionnent bien. C’est dire l’importance du sujet que nous allons aborder aujourd’hui : LA QUALITÉ DE L’EAU.

Le sujet est vaste ! Il peut être difficile de choisir l’eau que nous voulons consommer. En effet, les paramètres économiques, écologiques et pratiques à prendre en compte sont nombreux.

Le rôle de l’eau

Afin de faire un choix éclairé, il faut connaître son rôle dans l’organisme.

On dit que l’eau est plus intéressante pour ce qu’elle emporte que ce qu’elle apporte. Elle est le solvant universel qui débarrasse le corps des toxines via les organes dédiés à leur élimination.

D’autre part, certains spécialistes avancent que dans certaines conditions elle pourrait représenter un apport intéressant de minéraux.

Chaque jour, nous rejetons 2,5 litres d’eau par les urines, les selles, la respiration et la transpiration. Il faut compenser ces sorties par un apport équivalent. 

1/ Notre premier apport en eau ne se boit pas… Mais se mange !!

L’apport doit se faire en priorité par l’alimentation pour bénéficier d’une eau vivante aux minéraux assimilables, indispensables à une alimentation équilibrée.

Les légumes et fruits crus (privilégier frais et bio) contiennent entre 85 et 95 % d’eau !

👉 La ration journalière devrait contenir 2/3 de végétaux crus et/ou cuits à la vapeur pour garantir un apport de 1 à 1,5 L d’eau.

2/ L’eau de boisson

👉  Dans le cadre d’une alimentation riche en végétaux crus ou cuits à la vapeur, 0.7 à 1.2L d’eau de boisson suffisent à une bonne hydratation. Les recommandations officielles sont plutôt de 1 à 1.5L. En effet, la majorité des gens consomment en excès féculents, produits animaux et produits transformés par rapport à la portion végétale.

💡 Il est recommandé de boire régulièrement et en petites quantités pour que les tissus soient hydratés. Boire une grande quantité d’un coup ponctuellement provoque un afflux trop important de liquide. Le corps ne peut pas l’assimiler correctement et tout finit donc très rapidement dans les toilettes, sans avoir été absorbé.

3/ Le corps produit aussi lui-même environ 0,3 L /jour

C’est ce que l’on appelle l’eau métabolique. Elle provient des réactions d’oxydation à partir des nutriments apportés pour produire de l’énergie.

Ainsi on arrive en tout à 2,5 L par jour.

Les apports sont à adapter à chacun en fonction du gabarit, de la météo et de l’activité physique. On peut évaluer le niveau d’hydratation du corps à partir des mictions journalières : 3 à 6 mictions longues (au moins dix secondes) avec une bonne pression sont signe d’une hydratation suffisante.

Focus sur l’eau de boisson

Contrairement à l’eau issue des aliments, l’eau de boisson, qu’elle soit en bouteille ou issue du robinet, ne peut pas nous apporter des minéraux sous une forme assimilable par l’organisme.

En effet, lorsqu’on la sort de son milieu naturel pour la préparer à la consommation, on modifie son organisation ionique. D’une forme colloïdale à l’origine, les minéraux deviennent non-colloïdaux et de ce fait non assimilables par l’organisme. Lorsque nous buvons de l’eau minérale (riche en minéraux), non seulement nous n’assimilons pas ces derniers, mais nous fatiguons nos reins à filtrer inutilement ces minéraux inertes. Il est donc recommandé de boire une eau faiblement minéralisée.

« Si la seule eau bénéfique à tous points de vue est celle que l’on boit directement dans les sources naturelles, comment faire ? », me direz-vous.

Je vais vous décevoir…Il n’y a en fait pas de solution idéale et pas de consensus scientifique sur les critères et systèmes à privilégier. Je vais vous exposer ici les différentes alternatives existantes afin de vous aider dans votre choix.

2 critères principaux sont à prendre en compte :

la dynamisation permettant de restructurer l’eau
la filtration pour obtenir une eau pure débarrassée des résidus néfastes pour la santé.

Une eau dynamisée

Louis-Claude Vincent, ingénieur hydrologue, a créé en 1948 la Bio-électronique, suivi par les travaux d’autres scientifiques comme Marcel Violet.

Ils ont montré que l’eau a une structure dynamique variant en fonction de paramètres électro-magnétiques extérieurs qu’elle est capable de répercuter sur les milieux vivants avec lesquels elle est en contact, c’est-à-dire notamment qu’elle a un impact énergétique sur le corps. Elle est porteuse d’informations.

Le principe de la dynamisation est d’imprimer une information dans l’eau pour que celle-ci soit bien structurée et ainsi lui redonner son potentiel vital. Pour cela, celle-ci doit contenir des minéraux (peu importe la teneur en minéraux, même faible).

Voici une liste non exhaustive des procédés simples que vous pouvez faire chez vous avec peu de matériel :

  • la solarisation par l’exposition au soleil d’une bouteille en verre pendant quelques heures
  • les ondes de forme, qui sont des figures géométriques porteuses d’informations qu’elles transmettent à l’eau. La fleur de vie est un exemple.
  • le magnétisme avec l’utilisation d’aimants.
  • le vortex qui consiste à la faire tourbillonner pour mimer son mouvement naturel dans les torrents et rivières. Il existe des « touillettes » alliant ondes de forme et magnétisme.

Il est intéressant d’en tester plusieurs et de choisir la/les techniques qui vous parle(nt) le plus.

Une eau purifiée

C’est la notion avec laquelle nous sommes les plus familiers puisque les procédés de filtration et de traitement des stations de potabilisation dépolluent et désinfectent en partie l’eau destinée au réseau de ville afin de la rendre potable.

Restent néanmoins présentes des substances indésirables telles que perturbateurs endocriniens, antibiotiques, métaux lourds, nitrates et agents de traitement tels que fluor, chlore et sels d’aluminium.

De nombreux systèmes de filtration permettent d’atteindre un meilleur niveau de purification, éliminant pour certains tous résidus médicamenteux et pesticides. Voici les principaux :

1/ Filtre charbon actif en carafe, bâtonnet ou système à installer directement au robinet : l’option économique mais insuffisante

Le charbon retient principalement le chlore et certains pesticides. Il est insuffisant puisqu’il ne filtre pas les micro-molécules (résidus médicamenteux, métaux lourds…).

  • Dans les carafes filtrantes, le charbon est souvent associé à des résines échangeuses d’ions pour adoucir l’eau. Une carafe coûte environ 20 à 30€. A cela s’ajoute le prix des cartouches à changer (environ 50€ par an).
    ⚠️ Les cartouches de carafes peuvent relarguer des bactéries ou des particules issues du charbon actif ou des résines lors de leur première utilisation et en fin de cycle, surtout on ne change pas la cartouche à temps (chaque un ou deux mois en moyenne).
  • En magasin bio on trouve des bâtonnets de charbon appelés Binchotan à plonger dans une gourde ou carafe. Il faut attendre minimum 5h pour boire. Ils coûtent environ 5€ et sont utilisables 6 mois. D’un point de vue écologique, ils sont biodégradables mais sont la plupart du temps importés du Japon…
  • Il est possible d’installer un filtre charbon directement au robinet. Ces systèmes coûtent environ 40 à 50€, et il faut compter 20€ par cartouche à changer chaque deux à six mois en fonction des modèles. Le débit avec cette installation est en général assez faible. Certains systèmes combinent filtre charbon et KDF (alliage cuivre et zinc) pour éviter la prolifération bactérienne.

2/ Filtre céramique + charbon actif : un bon compromis

  • L’association de ces deux techniques complémentaires, souvent dans une même grosse cartouche que l’on installe sur ou sous l’évier avec un robinet dédié, permet d’obtenir un bon niveau de filtration instantanément et avec un débit raisonnable. Les micro-pores de 0,5 à 0,2 microns de la céramique retiennent les bactéries et les résidus chimiques les plus fins. Seuls les virus, les nitrates et les minéraux dissous ne sont pas arrêtés par le filtre. Il faut compter entre 100 et 250€ plus 60 à 120€ de cartouche par an.
  • Il existe aussi des filtres à eau par gravité, des appareils sans électricité, sortes de fontaines à eau, souvent en inox, dans lesquelles on verse de l’eau du robinet qui passe par une succession de filtres à charbon et en céramique pour atterrir dans un réservoir avec un robinet.
  • La solution la plus abordable (et efficace en rapport de l’investissement et de la simplicité de mise en place) est de mettre dans la même carafe un charbon actif et des billes en céramique. Les billes en céramique coûtent une dizaine d’euros (quantité de billes pour purifier un volume d’1 à 2L d’eau) et la plupart sont réutilisables à vie. Le charbon et les billes peuvent rester en permanence dans la carafe. Le résultat de filtration (en respectant le temps de filtrage du charbon – celui des billes est très court, de l’ordre de 15 minutes-) est identique à celui de la cartouche installée sur l’évier.

3/ Osmoseur : qualité d’eau optimale pour un prix conséquent

Le procédé d’osmose inverse garantit une pureté optimale de l’eau avec un niveau de filtration pouvant aller jusqu’à 0,0001 micron tout en gardant une petite partie des minéraux présents (donc dynamisable). Il consomme par contre beaucoup d’eau : 2 à 10 litres d’eau du robinet pour 1 litre d’eau pure. En plus du coût d’achat initial très important (300 à 2000€) et le prix des filtres à changer, il faut prendre en compte les coûts énergétique et écologique. Le débit d’eau peut être assez faible pour certains appareils. Le dispositif de filtrage s’installe sous l’évier.

4/ Distillateur électrique : un parti pris

Eau pure : la question des minéraux

L’eau obtenue est très pure puisqu’elle ne contient plus aucun résidu, y compris les minéraux. Il n’y a plus que des molécules H2O.

Si vous avez bien suivi, vous comprendrez qu’il ne sera donc pas possible de la dynamiser faute de minéraux. S’équiper de cet appareil implique d’être convaincu(e) par l’approche « L’eau est plus intéressante pour ce qu’elle emporte que ce qu’elle apporte ».

⚠️ Certains professionnels alertent sur le risque de déminéralisation de l’organisme à moyen ou long terme, argumentant que l’eau distillée peut emporter avec elle des minéraux présents dans le corps. Là-dessus, aucun consensus n’a pour le moment émergé.

💡 Il est néanmoins possible d’atteindre une grande qualité d’eau en reminéralisant cette eau pure avec du plasma de Quinton (eau de mer extraite dans des conditions respectueuses de ses minéraux, biodisponibles, et de sa structure moléculaire) ou du jus de citron, puis en la dynamisant. 

Précautions

Le processus de distillation est souvent complété d’un filtre charbon pour éliminer les bactéries (à remplacer tous les six mois environ).

Lorsque l’on fait l’achat d’un distillateur, il faut s’assurer que l’eau soit en contact avec du verre et/ou de l’inox et non du plastique pour éviter la migration de perturbateurs endocriniens dans l’eau mise à bouillir pour distillation.

Contraintes

En moyenne, il faut plus d’une heure pour distiller un litre d’eau. La disponibilité de l’eau n’est donc pas immédiate et demande un peu d’organisation pour ne pas se retrouver à court. Par ailleurs, il faut tenir compte de la consommation en électricité de l’appareil.

L’achat d’un distillateur neuf ou d’occasion de qualité coûte entre 100 et 300€.

Les systèmes alliant filtration et dynamisation

Il existe des fontaines combinant filtration et dynamisation. Elles associent le procédé d’osmose inverse avec par exemple un système de vortex, ou de la musique diffusée dans l’eau ! Ces appareils sont intéressants mais représentent un réel investissement et certains procédés sont énergivores.

Et les eaux en bouteille alors ?

Elles coûtent environ 300 fois plus cher que l’eau du robinet pour une qualité sensiblement meilleure.

Il faut souligner l’aspect écologique : le transport de tous ces litres d’eau et les déchets plastiques, matière certes recyclable, mais peu recyclée en réalité.

On ne connaît pas non plus les conditions de stockage des bouteilles avant la mise en vente. L’exposition au soleil ou à la chaleur engendre la migration de molécules de plastique de la bouteille dans l’eau.

On distingue les eaux de source et les eaux minérales :

1/ Les eaux de source ont une composition variable et sont soumises aux mêmes normes de potabilité que l’eau de ville

Les différences principales avec l’eau du robinet sont les teneurs inférieures en nitrates et nitrites. Elles conviennent ainsi à la consommation des bébés, très sensibles à ces substances. L’absence de chlore par rapport à l’eau de ville est aussi à noter. 

Il faut savoir qu’une même marque, en fonction de la source prélevée, n’a pas la même composition.

👉  Il est donc important de regarder pour chaque achat sur l’étiquette la source et les informations indiquées. La teneur en minéraux est très variable.

💡 Pour privilégier une eau faiblement minéralisée, il faut lire un résidu sec inférieur à 100 mg/l. Selon les expérimentations de Louis-Claude Vincent (réf. en bas de page), il serait également intéressant de choisir une eau légèrement acide au pH entre 6 et 6,9. 

2/ La composition des eaux minérales est constante et contient des teneurs élevées en sels minéraux

La composition des eaux minérales est constante et contient des teneurs élevées en sels minéraux associés à des propriétés thérapeutiques. Cet argument n’est pourtant valable que si l’on boit l’eau directement au griffon (robinet par où sort l’eau directement à la source) car le contact avec l’air et les traitements rendent les minéraux inassimilables. Il ne vaut mieux donc pas les consommer au quotidien pour ne pas sursolliciter les reins.

3/ L’eau hydroxylase et le plasma de Quinton: les exceptions

Qu’est-ce que c’est ?

L’eau hydroxylase est une eau minérale dont les vertus thérapeutiques sont sauvegardées par des procédés de pompage et de stockage respectueux, qui évitent tout contact avec l’air et la lumière.

👉 Il est conseillé de faire une cure de 3 semaines 2 à 3 fois par an. Il faut compter environ 80€ pour une cure. On la trouve en pharmacie et magasin bio. Là encore, sa richesse en minéraux (et son prix!) en fait une eau de cure mais pas de consommation quotidienne.

Le plasma de Quinton est de l’eau de mer prélevée dans des zones sauvegardées de l’Atlantique, en profondeur au sein de vortex marins. Le captage et la filtration respectueux garantissent la consommation d’une eau vivante dont les minéraux sont assimilables. Cette eau est très riche en magnésium, sodium, calcium, phosphore, iode et tous les autres minéraux et oligo-éléments dont nous avons besoin. Au 19e siècle, le biologiste René Quinton s’est intéressé à l’eau de mer en rapprochant sa composition à celle du sang. Il a mis au point une formulation dite « isotonique » qui est de l’eau de mer diluée avec de l’eau de source pour obtenir une concentration en sodium équivalente à celle du sang. La seconde forme utilisée est le plasma « hypertonique » qui est de l’eau de mer non diluée. Le plasma de Quinton se vend en parapharmacie, dans les magasins bio ou sur internet.

Recommandations

👉 Le plasma hypertonique est recommandé en cas de déminéralisation, fatigue, surmenage, pour le rééquilibrage acido-basique en cure de trois semaines à raison de 2 à 4 ampoules par jour.

👉 Le plasma isotonique est utilisé sur le long terme pour équilibrer l’organisme, garantir une minéralisation suffisante et améliorer dans le temps les affections chroniques. Prendre 2 à 4 ampoules par jour.

Conseils

⚠️ Les prix sont extrêmement variables. Mais la qualité l’est aussi ! Ne vous laissez pas aguicher par un prix défiant toute concurrence. Assurez-vous de trouver une marque dont l’éthique et le sérieux des procédés d’extraction, de préparation et de stockage sont garantis. Le produit ne doit pas avoir été chauffé ni mis en contact avec des contenants métalliques. Les zones de pompage doivent être communiquées et reconnues comme zones sauvegardées.

💡 Vous pouvez vous-même faire votre propre plasma isotonique en diluant l’hypertonique avec de l’eau de source à résidu sec < 100 mg/l ou de l’eau purifiée (hors distillation). 1/3 d’hypertonique pour 2/3 d’eau de source/purifiée. Cela permet de faire des économies non négligeables.

🔎 Pour aller plus loin

– Conférence “Quelle eau boire?” par Marc Henry,chimiste. Déc 2013. Sur Youtube.
– Livre « La nature de l’eau » par Yann Olivaux. Éditions Résurgence.
– Principes de la bio-électronique de Vincent sur www.bevincent.com

Lauriane Forest Naturopathe

Lauriane Forest Naturopathe

Naturopathe certifiée FENA formée en micronutrition

Co-fondatrice d’Air’Elles – Association féminine de naturopathes
Accompagnement préconception grossesse et troubles digestifs
Lyon - Prestations à distance

www.facebook.com/forestnaturopathe

Nous contacter ou nous suivre

Découvrir nos +400 recettes saines 😍👇

Découvrir nos +400 recettes saines